• Maximus

La retraite est-elle le seul objectif à atteindre pour être enfin libre ?

La liberté est plus accessible que jamais et le processus s'est accéléré depuis que la pandémie nous a frappés l'année dernière. Notre mode de vie a commencé à s'améliorer.


Photo by Harli Marten on Unsplash

Pour beaucoup d'entre nous et les générations plus âgées, la retraite est l'accomplissement d'une vie de travail bien remplie. Environ 45 ans de dur labeur pour atteindre ce stade vers l'âge de 65 ans. Est-ce toujours d'actualité de nos jours ?


Je ne crois pas. La plupart des nouvelles générations, depuis les années 1990, ne considèrent pas leur retraite comme un objectif à atteindre pour arrêter de travailler et ne rien faire pour le reste de leur vie.


Selon une étude publiée dans le Journal de Montréal en 2019, plus de 50% des Milléniaux, maintenant sur le marché du travail, pensent travailler au delà des 65 ans ou prévoit demeurer actifs hors du marché du travail après leur retraite de la vie active alors qu’en 2003 ce pourcentage n’était que de 30%. C’est un gros changement de mentalité.


On ne voit plus le travail comme une simple nécessité et obligation mais, également comme un accomplissement en soit.


Pour ma part, la retraite signifie simplement d’avoir la liberté de choisir ce que nous ferons de nos journées plutôt que d’avoir une routine de travail continuelle de type, "metro-boulot-dodo."


Le fait que nous vivions dans un système qui nous permet de plus en plus de travailler à notre rythme, en télé-travail principalement, est venu cassé cette routine. Nous avons maintenant la possibilité de mixer nos vies personnelles et professionnelles afin d’obtenir un bien meilleur équilibre de vie.


Pour beaucoup d’emplois, nous accomplissons en 20 heures ce que nous faisions en 40 heures de par le passé. Le fait d’avoir plus de latitude dans notre vie quotidienne nous rend plus productif.


Combien y-a-t-il d’histoires de gens qui après leurs retraites de la vie active sont tout simplement tomber malades et décédés par simple ennui. C’était fréquent de par le passé.


Je crois que çà se fera plus rare maintenant. Nous sommes plus ouvert à une vie accomplie hors travail. Notre vie professionnelle semble faire désormais partie intégrante, de plus en plus, de notre vie personnelle.


On ne vit plus uniquement pour le travail. Nous voulons nous accomplir en tant qu’être humain, qu’individu et, le travail n’est qu’une parcelle du grand tableau qu’est notre vie.


Alors la question que je vous pose est la suivante:


Est-ce que nous devons encore attendre la retraite pour atteindre cette liberté de choix?

8 vues0 commentaire